Alliance AGIR MRC

COMMUNIQUé

 
L’an deux mil dix-huit et le dix-neuf septembre,
Le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun, en abrégé ‘’MRC’’, parti politique enregistré en République du Cameroun,
Et
AGIR, mouvement de pression et de plaidoyer enregistré en République du Cameroun

Ont signé un accord de partenariat, sous la houlette de leurs présidents respectifs, Pr. Maurice Kamto et Christian Penda Ekoka, dont teneur suit :
 

 

PREAMBULE

Considérant que le candidat du MRC, le Pr. Maurice Kamto,  est parmi les Candidats à l’élection présidentielle du 07 octobre 2018 au Cameroun ;

Considérant que  l’élection présidentielle du 07 octobre 2018 susvisée est un moment déterminant dans la vie du Cameroun, et sur lequel AGIR voudrait influer, conformément  à ses statuts, ainsi qu’aux idéaux et principes contenus dans son manifeste ;

Considérant qu’après avoir comparé l’offre des divers Candidats à l’aune de différents critères, tels que notamment l’implantation territoriale, le contenu du programme, l’expérience, le nombre et la fréquence des meetings avant la Campagne, la volonté/détermination du Candidat à transformer et moderniser le Cameroun, la convergence du programme du Candidat avec les idéaux et les principes d’action d’AGIR, le Candidat Maurice Kamto a obtenu le meilleur score ;

Considérant que, à la lumière de ce qui précède, le MRC et AGIR ont décidé de former un partenariat pour l’accompagnement vers la victoire du Candidat Maurice Kamto comme Président de la République du Cameroun, ainsi que la mise en place d’une politique commune en cas de victoire ;


ENGAGEMENTS DES PARTENAIRES 

En cas de victoire, il est convenu de commun accord que  le gouvernement accordera une place primordiale aux volets suivants, auxquels AGIR attache une importance capitale :

  1. La réforme des institutions politiques pour une autonomisation profonde des régions et communes, dont les dirigeants seront élus par les populations concernées ; impliquant un réel transfert des moyens aux régions et communes, cette réforme fera d’elles les véritables moteurs de leur développement avec une participation conséquente de leurs populations ;

  2. L’usage de tous les moyens pacifiques (négociation, médiation, arbitrage) pour la résolution des conflits internes, avant d’envisager le recours à la force ;

  3. La commémoration des martyrs, des héros et des acteurs déterminants des luttes pour l’indépendance et la réunification, l’émancipation des droits et des libertés individuels ou collectifs, à travers des événements spécifiques, l’inscription dans les manuels d’enseignement de notre histoire, etc.

  4. Le renforcement de l’Etat de droit pour une société de justice, de promotion et de protection des droits des citoyens, garantissant l’égalité de tous devant la loi ;

  5. La limitation et la réduction des mandats présidentiels ;

  6. La lutte acharnée contre la corruption, la prévarication,  l’impunité et l’atteinte à la fortune publique ;

  7. La lutte contre le tribalisme et toutes formes de discrimination ;

  8. La lutte contre les violences faites aux femmes, et la consolidation de leurs droits ;

  9. La protection de l’enfance ;

  10. L’acceptation, la reconnaissance et le respect des héritages culturels des différentes populations composant la République du Cameroun dans chaque région ; leur préservation et leur promotion au bénéfice du patrimoine culturel national ;

  11. La préparation de la jeunesse à s’insérer de manière compétitive dans la mondialisation,  à travers une éducation et une formation contribuant à la maîtrise du savoir et du savoir-faire ;

  12. La promotion d’une société de producteurs, d’innovateurs et de créateurs de valeur par opposition à une société de représentation, de rentiers et de consommateurs en bout de chaîne ;

  13. Le développement équilibré et harmonieux de l’ensemble des régions, à travers une politique économique, agricole, monétaire et industrielle souveraine visant à impulser une croissance vigoureuse et inclusive,  étant compris et accepté par les Parties que la réussite du  Cameroun ne saurait être durable si elle n’intègre pas toutes ses entités culturelles et populations constituantes ;

  14. La digitalisation des services publics ;

  15. Le renforcement des systèmes de défense et de sécurisation du territoire par le recours aux technologiques numériques et à la cyber sécurité ;

  16. L’accélération de l’accès de tous aux services d’infrastructures de base (transports, énergie, eau, logements) ;

  17. L’accès de TOUS aux soins de santé primaires et à la couverture maladie universelle grâce à la l’usage des nouvelles technologies ;

  18.  Le renforcement du lien entre les ressources – agricoles, pastorales, halieutiques, forestières,  minières, etc. -, l’industrie et les marchés ;

  19. L’édification du Cameroun comme plaque tournante d’une Afrique centrale intégrée ;

  20. La mise en place d’observateurs/bénévoles pour l’observation de la bonne tenue des élections.

 

En cas de défaite, les deux Partenaires en prendront acte et chacun poursuivra son chemin de manière autonome, conformément à son identité et à sa vision, sans exclure éventuellement des formes futures de collaboration.

 

Fait à Yaoundé le 20 septembre 2018

 
 
Immanuel Wanah Bumakor
— Porte-Parole AGIR